Etonnants Voyageurs: impressions de voyage

Publié le par Lydie Bla

ETONNANTS VOYAGEURS 2011 affiche

 

Le millésime 2011 du Salon Etonnants Voyageurs a fermé ses portes hier... L'espace Duguay Troin sis face au port de Plaisance de Saint Malo- le même qui réceptionne les voiliers engagés dans les Courses du Rhum- a ce matin ,des allures de lendemains de fêtes.  Souvenirs éphémères qui s'évaporent avec le nettoyage des lieux, souvenirs éphémères qui attendent de se ressourcer à la prochaine édition du salon.

Etonnants Voyageurs est une bulle de temps pour le visiteur qui s'y égare, il est le voyage dans l'instant au milieu de mondes dont l'imaginaire et le réel ont pris date pour un élégant et galant rendez-vous, celui de l'évasion au milieu de l'aventure humaine, celle qui s'habille de mots en unique partage.Nul part ailleurs la magie des mots n'exerce une telle suprématie, celle qui révèle l'aventure humaine: nul part ailleurs l'universalité de l'âme humaine ne prend de tels reflets et ne révèle la profondeur de son contenu.

Etonnants Voyageurs est le moment des rencontres multiples, l'espace de cette universalité qui embrasse l'humanité, le moment de la sincérité nue. Rencontre avec des oeuvres, rencontre avec ces espaces humains qui nous sont étrangers, l'occasion d'expérimenter en temps réel et dans son sens le plus large le "Comment peut-on être Persan" de Montesquieu. Toucher du doigt cette diversité humaine si éloignée et si proche de nous à la fois en ce qu'elle contient l'éssentiel de l'universalité de notre quête.

Déambuler le long des allées de l'esplanade des Libraires et Editeurs, s'arrêter pour y feuilleter la sensualité qu'offrent les livres exposés, échanger quelques mots avec leurs auteurs- l'air du temps ou le sens de leur oeuvre-peu importe, visionner un film ou un documentaire, assister à un Café Littéraire ou à un débat, s'installer devant un spectacle. L'impression de frustration pour certains peut être grande: que n'ai-je eu le temps de voir tout ce que je souhaitais ?

En ce qui me concerne, je retiendrai les instants dédiés aux Cultures Urbaines, avec une belle part faite aux Printemps Arabes, un beau reportage sur le rôle du Rap dans la Révolution Tunisenne. Des romans tels que Les Anges s'habillent en Caillera de Rachid Santaki, Daddy est Mort d'Insa Sane. Je les cite en premier à l'attention des biens-pensants qui considèrent les banlieues comme des mondes qui se seraient abstraits de l'humanité. L'ombre de Glissant a largement visité les allées du salon. L'aventure de Présence Africaine s'est rappelée à notre mémoire avec la très frêle silouhette de Cheick Hamidou Kane, l'occasion de relire son "Aventure ambigüe". Yahia Belaski qui a obtenu le Prix Ouest-france/Etonnants Voyageurs avec Si Tu Cherches la Pluie Elle vient d'En Haut. Je n'oublierai pas Alain Mabanckou- Demain J'aurai 20 ans  et Sami Tchack- Al Capone le Malien, Cécile- Marie Agnant, Louis Philippe Dalembert... Il y en a tant d'autres tout aussi extraordinaires à découvrir, et la frustration évoquée plus haut est grande....

Mais comme le cycle de la vie, Etonnants Voyageurs sera là à nouveau dans un an. Le temps pour nous de grandir ou de rajeunir en expériences, en lectures et en autres choses.

Le rideau se ferme pour demain.

Publié dans L'air du temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article