les soirs où la lune

Publié le par Lydie Bla

Les soirs où la lune  embrase  nos portes dérobées pour l’éternité

A cet endroit précis où se sont fracassés nombre de radeaux de la dernière chance

 

Est le murmure d’une âme égarée dans le chantre de ton humanité

Ballade surannée  entièrement dédiée aux renoncements de l’existence

 

Sur l’herbe imparfaite de la lande cependant, jaillit la mélodie des espérances :

 

Aux mortels le sens d’une destinée insoumise de  linéarité.

 

Les soirs où la lune  accroche aux nues  ses superbes

Il est un sourire propre aux elfes gardiennes du temps et de l’arc en ciel flamboyant

 

Un funambule suspendu sur les rives du Niger- au dessus de mondes incertains

 

                                         Veillera à révéler l’immensité de nos plus étranges errances

 

 

Les soirs où la lune parcours le Saint Graal propre à nos attaches

Est  le voile déchiré d’une nymphe au regard dévasté  de trop longues saisons des pluies

 

Son ombre veille sur les contours  de ton visage - Calices démesurés de liberté

 

                                                               Mains posées  sur un tabernacle de cristal à l’azur délavé

 

 

Viendra alors et  enfin le temps inéluctable emporté par la spirale de mille soleils d hiver.

 

Publié dans Poêmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article