AU TEMPS JADIS

Publié le par Lydie Bla

 

Picasso-The_Dream-Surrelism.jpg

PABLO PICASSO

 

Lorsque l’esprit égare au loin  ma conscience

J’aperçois à travers la fenêtre embrumée du souvenir

Le manguier assis à l’aulne d’une vieille demeure coloniale.

Nous y prenions notre ombre de lumière et d’argent,

Rêves en devenir égarés dans les errements de l’enfance.

 

ELLE était là pour recueillir nos rires et  larmes éphémères

Figures plongées contre son pagne bigarré de lumière et d’amour

Nous  y recueillions l’essentiel, alpha et oméga perpétuel de destinée.

Douce était la brise à SON ombre sous le manguier au temps jadis

Ses bras, sérénité si douce, don éternel à la postérité

 

Lorsque l’esprit égare au loin ma conscience

Nos rires cristallins me reviennent comme le ressac sur la berge

L’empreinte du temps tardait encore à marquer son rythme.

Insouciance chaleureuse du soleil gorgé d’Harmattan

Saisons des pluies recommencées au terme de nos attentes

 

Nous étions  face à nos étoiles en devenir de lendemains

Ignorants de l’éternité, occupés par l’instant merveilleux

Celui de la chasse aux margouillats,

Le lait de coco était notre trésor de pierre et de lune

Unique Graal à l’heure des Angélus chantés à l’unisson.

 

Lorsque l’esprit égare au loin ma conscience

Le long des dunes de granit aux contours incertains

Suggérés d’embruns, ciel obscurci par les vents du hasard

Me revient le sourire des jeunes matins de rosée et d’argent

Irradiant les promesses de trésors malicieux enfouis sous notre manguier.

 

Le temps des serments riches de ces contes de la nuit

ETOILE unique au firmament de nos existences diaphanes

Souffle merveilleux d’amour et de liberté recommencée,

Bienveillance de SON regard généreux essentiel de partage

Enveloppant l’ensemble des nos gestes maladroits.

 

Lorsque l’esprit égare au loin ma conscience

SA présence veille encore nos autours

Tout comme sous le manguier au temps jadis

Publié dans Poêmes

Commenter cet article