NAIJA- Thierry BERLANDA- Editions du Rocher

Publié le par Lydie Bla

NAIJA- Thierry BERLANDA- Editions du Rocher

NAIJA est le diminutif que les Nigérians donnent à leur Pays, il est aussi le titre que Thierry Beranda  donne à un thriller palpitant paru aux Editions du Rocher.

Un industriel de l’agro-alimentaire enfermé dans une bétaillère par un commando de tueuses venues du Nigéria, marque le point de départ d’une intrigue policière singulière sans cadavre : l’homme n’est pas mort, mais le pronostic médical indique que cette torture fera de lui un légume. Une brigade clandestine constituée de deux flics ne répondant qu’aux ordres de l’Elysée, brigade chargée d’éliminer une certaine catégorie de criminels en marge de l’Etat de droit, un journaliste en quête de scoops prêt à tout, une multinationale implantée au Nigéria dont les activités crapuleuses font pénétrer le lecteur dans l’univers du trafic d’organes humains et de manipulations génétiques sur les animaux. Tels sont les leviers grâce auxquels Thierry Berlanda nous propulse dans une intrigue haletante. Nous parcourrons, en compagnie de ses personnages, les couloirs souterrains et sombres d’un monde orchestrant le chaos,  la négation de  l’être humain, la négation de la vie animale,  la négation  de valeurs portées par les philosophes des Lumières.

Comme toujours avec Thierry Berlanda, l’histoire et sa narration ne constituent qu’un prétexte visant à nous interroger, nous lecteurs, sur le thème de notre humanité, sur son évolution, et le sens que nous entendons lui donner.  L’univers de NAIJA, parcouru au fil des pages, décrit une inversion de valeurs, que l’on pourrait qualifier d’anti-Lumières, celle d’un monde reniant la suprématie de le vie, pour y substituer celle née du pouvoir, de l'individualisme poussé à son paroxysme. Certes seront nous portés par l’intrigue, par ses rebondissements  et suggestions, mais en fin de compte, et le plus important dans tout cela, est qu’une fois que la dernière page du roman sera tournée, nous restera en arrière gorge l’infamie du trafic d’organes, la révulsion pour les manipulations génétiques, le malaise né de l’idée que dans certaines régions du globe terrestre, la vie humaine ne représente même pas une poignée de dollars. Et paradoxalement, ce roman noir, nous ramène vers une certaine éthique de la vie.

 

Lydie Bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article