KALNICE- Le BAL DES SIRENES

Publié le par Lydie Bla

 

 

Ecouter un extrait de l'album ici: https://kalnice.bandcamp.com/releases

Certains albums vous saisissent dès les premières notes, vous hissent sur des canopées lumineuses gorgées d’amour et d’humanité nue. Il en fut ainsi lorsque j’ai écouté pour la première fois Le Bal Des Sirènes, le tout 1er album de Kalnice paru le 25 Août dernier.

Kalnice invite notre imaginaire à franchir un pas de porte dérobée, ouverte sur une atmosphère intimiste et nostalgique, qui prendrait des formes multiples : un salon de danse à Buenos Aires, un bar Berlinois de l’entre-deux guerres,  une cave où se seraient produits Miles, Coltrane ou le Grand Jacques.

Les textes qui habitent l’univers du Bal Des Sirènes, en osmose parfaite avec la mélodie qui les porte, témoignent de la beauté diaphane de mots en demi-teinte, des mots mus en bonbons acidulés exhalant les saveurs éphémères de l’existence. Chaque instrument y prend la place qui est sienne, chacun en harmonie avec ses compagnons, comme s’ils s'astreignaient à une physique de l’équilibre.

Ce premier album de Kalnice révèle une véritable maturité de création. Cette maturité artistique qui se forge à la sueur de l’ouvrage mis et remis maintes fois sur l’atelier. La sueur de jours et de nuits entières consacrées, non pas à chercher le mot ou la note juste, mais plutôt à dénicher au scalpel la langue universelle propre à la condition humaine, qui viendra percuter cet Autre, à savoir « Tout un Homme fait de tous les autres Hommes, qui les vaut tous, et que vaut n’importe qui »

Kalnice, anagramme de Lénaick- auteur compositeur de l’album- témoigne des multiples facettes créatrices qui l' habitent: pianiste jazz, cuisinier, créateur d’une marque de whisky Breton, écrivain. Kalnice préfigure, à mon sens, l’artiste du XXIème siècle, pour lequel l’art imprègne l’ensemble des activités humaines.

Vous trouverez l’album de Kalnice sur Deezer, Spotify , i-Tunes et Bandcamp exclusivement . 

 

KALNIICE dans son antre: AR KOAD 2 Rue Boyer à Saint Malo

 

 

 

Commenter cet article