LE PHARE DE BABEL- Yannick ANCHE- Editions Moires- 2017

Publié le par Lydie Bla

Certains romans vous prennent par la main dès les premiers mots, ils vous happent littéralement: Le Phare de Babel de Yannick Anché, est l’un de ceux-là.

L’intrigue très déconcertante de ce texte est portée par une langue poétique de haute beauté, une de celle qui, tout en sondant les tréfonds de l’être, n’a d’autre projet que de le magnifier, y compris dans ses abysses les plus sombres, en même temps qu’elle en livre la fragilité diaphane.

L’histoire commence par un drame noué dans le huis clos d’un phare, dressé au milieu des bourrasques de l’océan, rendant impossible pendant 3 mois la relève des deux gardiens de phare, comme si la violence des tempêtes s’insinuaient en eux pour prendre possession de leur personne et de leurs relations dégradées au fil de leur enfermement en ce lieu. L’intrigue ne fait cependant que commencer, elle continue son chemin en s’arrimant à des rebondissements déconcertants que je vous laisse découvrir.

Il apparait tout au long de ce texte une multitude de grilles de lecture, ce qui en construit la richesse. Je retiendrai celle concentrée dans l’idée de l’enfermement de l’être humain au milieu de ses propres certitudes, celles qui le cantonnent dans un enfermement avec lui-même, le poussent inéluctablement à assumer pleinement les pires aspects de sa personne.

 

Commenter cet article